Dossiers

Meiway: La légende de l’ambiance

Le Professeur  Awolowo, le Génie de kpalèzo, le Président de l’ambiance. Frederick Ehui Meiway, s’est personnellement collé des pseudos qui appartiennent jalousement à son patrimoine musical.
Celui qui a gagné le cœur des Ivoiriens à l’épreuve de l’émission TV de compétition musicale « Podium », a connu tous les succès et toutes les consécrations. Depuis son premier Album, « Ayibebou » en 1989 puis le trophée de meilleur artiste ivoirien en 1990, Meiway c’est aujourd’hui 15 albums dans le ventre et plus de 10 Millions de disques vendus. Des distinctions à la pelle pour un homme notamment sacré trois fois aux «Kora» de la musique africaine, dont le très convoité et prestigieux titre de Meilleur Artiste d’Afrique de l’Ouest en 1998 avec l’Album « Les génies vous parlent » sorti un an plus tôt. L’enfant des rivages de Bassam et Ambassadeur UNESCO de cette ville patrimoine mondial, revendique fièrement ses origines Apollo, et fait partie des gloires de la musique ivoirienne et des artistes africains majeurs du 21ème siècle. Le concepteur du «Zoblazo », est de ses figures artistiques dont la musique légitime notre identité culturelle, dans un monde ou l’expression de nos valeurs est inscrite à l’actif de chaque peuple.
meiway en concert
Monstre du live, le chanteur au charme vocal nasillant vient de sortir un autre coup de maitre. Une quinzième merveille. Une nouvelle magie à inscrire au panthéon de ses œuvres. Le nouvel album de Meiway est le retour en force d’un artiste qui résiste au temps, au propre comme au figuré. L’Album «Légende» fraîchement débarqué dans les bacs, est une bombe de saveurs portant la griffe d’originalité et la densité rythmique chères à l’artiste.
Meiway - korokoto - 2019
Le titre « Korokoto » extrait de cet opus, gagne frénétiquement le cœur des radios et des télés africaines et s’incruste posément dans les ambiances d’Abidjan et d’Afrique. Dans un contexte de «coupédécalisation» de la musique ivoirienne, Meiway nous repositionne dans d’autres essences musicales, trop souvent bâclées par les résonances «boucantières» et faciles qui menacent la musique ivoirienne et s’amuse de l’intelligence artistique d’un peuple qui a soif du meilleur. Cet Album est déjà une victoire pour le fils de la musique, Son Excellence l’enfant terrible, Meiway. Bravo et Respects.
Yann SENAT.

Cliquez pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dossiers

A lire dans Dossiers

sheney-vs-arafat

Dj Arafat vs Ariel Sheney ou action vs silence

Team AS★mai 4, 2019
dj-arafat-debut de la fin

Arafat DJ: Le début de la fin ?

Team AS★avril 7, 2019
%d blogueurs aiment cette page :